Passage de l’AE à la société (EURL) : comment s’y prendre ?

Si vous atterrissez ici pour la première fois, quelques éléments de contexte vous seront utiles pour comprendre qui je suis et quel est mon parcours d’entrepreneuse. C’est parti !

Mon parcours :

  • Fin 2014 : Émergence de l’idée de créer mon entreprise pour être indépendante
  • 2015 : Je peaufine mon projet, je crée le site, je commence à me faire un petit réseau
  • Sept 2015 : Je crée officiellement mon auto-entreprise et je débute mon activité

A ce moment là, mon activité est composé à 80% d’une activité de graphiste et webmaster freelance et de 20% d’une activité de e-commerce. J’ai ouvert la première boutique en ligne française de posters islamiques : Kariizmaa Design. J’imaginais cette seconde activité comme un complément de revenus pour compléter les mois où mon travail de freelance ne serait pas assez important. Quand on se lance dans l’entrepreneuriat, on a toujours du mal à savoir quel revenu nous allons pouvoir avoir.

Je n’avais prévu aucun business plan, aucune étude de marché, je me suis lancée tête baissée et j’ai foncé… À ma grande surprise, la boutique en ligne a très vite décollée et a modifié tous mes plans. Un an après la création de mon auto-entreprise, le e-commerce représentait 100% de mon activité. J’avais été contrainte de stopper mon activité de freelance car je n’arrivais plus à gérer les deux aspects de mon activité.

  • 2019 : L’ACRE est terminée, je me demande si je ne devrais pas passer en société
  • 2019 : J’accueille mon 1er enfant, ce n’est clairement pas le moment adéquat….
  • Début 2020 : Je prends officiellement la décision de passer de l’AE à la société !

Il ne restait plus qu’à passer à l’action, et là, les choses se corsent ! On nous répète souvent que l’auto-entreprise est une entreprise facile à créer, avec peu d’administratif et bien : je vous le confirme ! Le passage en société est quand même un peu plus compliqué mais pas insurmontable, j’espère que ces différentes étapes vous aideront à y voir plus clair.

1. Analyse les chiffres :

Dans la croyance populaire, l’AE n’est pas avantageuse car elle ne permet pas de déduire de frais professionnels. C’est vrai pour un grand nombre de projet, mais pas pour tous. En effet, le taux de charges sociales en société est beaucoup plus élevé qu’en auto-entreprise. Dans certains cas, le fait de déduire les frais professionnels ne s’équilibrent pas avec le taux de charges sociales et l’AE reste plus avantageuse.

L’idéal est alors d’analyser les chiffres de votre activité et de simuler le passage en société via un fichier EXCEL. Vous allez pouvoir y indiquer :

Les chiffres de l’AE

  • Vos entrées d’argent (en distinguant bien les différents types d’activité : prestations de service, commerce, artisanat)
  • Vos charges fixes (compte bancaire, assurance, logiciels, abonnements divers…)
  • Vos charges variables (achat de matériel, de marchandises, d’emballage..)
  • N’oubliez pas de compter les charges de communication, de gestion de votre site internet, votre hébergeur, la publicité si vous en faites….
  • En AE, vous connaissez déjà votre % de charges sociales et votre CFE, vous pouvez donc les inclure dans votre tableau…

Les chiffres de la société

  • Vos entrées d’argent prévisionnelles (vous pouvez soit vous baser sur les chiffres moyens de l’AE, soit un autre chiffre)
  • Vos charges fixes (comme pour l’AE mais n’oubliez pas le comptable et les frais de greffe)
  • Vos charges variables prévisionnelles (selon votre CA prévisionnel)
  • N’oubliez pas de faire des devis auprès des différents prestataires, le fait de passer en société inclut parfois des frais supplémentaires (compte bancaire professionnel par exemple…)
  • Le % de charges sociales dépendra de votre domaine d’activité et du statut juridique de votre société que vous allez définir juste après…

Maintenant que vous avez une idée plus précises des chiffres actuels de votre AE et de l’évolution que vous souhaitez pour votre CA, vous allez pouvoir choisir votre statut juridique. Si vous ne souhaitez pas faire cette partie là seul(e), vous pouvez la confier à un(e) experte-comptable qui vous réalisera un prévisionnel et vous aiguillera vers la meilleure forme de société pour votre projet.

2. Choix du statut :

Ensuite, il a fallu déterminer quel était le statut de société le plus adapté à ma situation ? Il n’y a clairement pas de réponse générale, c’est du cas par cas !

Je me suis aidée d’un livre très bien construit appelé : Entrepreneurs, il existe toujours un statut pour vous ! Je l’ai trouvé assez clair et synthétique. Il permet très rapidement d’éliminer les statuts qui ne nous conviennent pas et de trouver le statut idéal ou au moins 2 statuts à départager.

Vous pouvez aussi vous aider avec le questionnaire proposé par Legalstart.fr : il permet de se donner une idée rapide du type de société qui conviendrait. À vous de vérifier ensuite que cela est bien le cas.

Si cela ne suffit pas, que vous êtes toujours perdu(e), vous pouvez vous faire aider par différents prestataires : un(e) experte-comptable, la BGE de votre région, la CMA ou la CCI.

Dans mon cas, après étude des différents statuts d’entreprise et analyse des chiffres, je me suis orientée vers l’EURL.

3. Simulation en société :

C’est bon, vous avez analysé vos chiffres, choisi votre statut juridique d’entreprise… Vous pouvez désormais connaître le % de charges sociales en société en faisant quelques recherches sur le net. Cela vous permettra de compléter votre tableau EXCEL et de finaliser la simulation du passage en société.

Vous pourrez alors avoir une vision très claire de votre situation actuelle vs la situation future et voir si le passage en société vous sera effectivement bénéfique. Je répète encore une fois que si tout cela vous semble trop contraignant ou trop difficile, le mieux est de vous tourner vers un(e) professionnel(le) qui pourra vous soulager sur cette partie.

Pour ma part, cela correspondait bien à mes attentes et confirmait bien que le passage en société était nécessaire (cela est très souvent le cas en e-commerce car il y a beaucoup de frais à déduire..)

4. Choisir vos prestataires :

Selon votre projet, vous allez devoir trouver différents types de prestataires. J’ai choisi ici de vous faire un retour sur les prestataires généraux dont je suis entièrement satisfaite avec le recul : (j’écris cet article 1 an et demi après le passage en société)

Création d’entreprise

J’ai choisi la formule standard à 129€ HT. Ils ont été très réactifs et m’ont contacté par téléphone plusieurs fois pour savoir si j’avais besoin d’aide pour récupérer tous les papiers dont ils avaient besoin. Dossier déposé au greffe le 27/03, KBIS reçu le 31/03.

-10% avec le code EURL10

Banque & Dépôt de capital

J’ai commencé avec Shine. Dépôt de capital en quelques jours, équipe réactive et disponible. Mais 2 ans plus tard, on me clôture mon banque sans préavis et sans aucune explication. Donc vraiment, je vous déconseille ++++. Depuis, je suis passée chez Qonto et aucun soucis à signaler pour le moment. Vous pouvez obtenir 30€ offerts en cliquant ici !

Cabinet d’experts comptables

J’ai eu beaucoup de mal à trouver un(e) experte-comptable qui me convenait, je l’ai d’ailleurs trouvé plusieurs mois après la création de la société et quel bonheur d’être cliente chez eux ! Super outil, équipe réactive, disponible qui anticipe toujours les changements à venir… Vous pouvez avoir un mois offert en cliquant ici !

5. Et ensuite ?

Et bien ensuite, il ne vous reste plus qu’à trouver le nom de votre société et lancer les démarches d’immatriculation au greffe. C’est Legalstart qui s’est occupée de tout pour moi, j’ai juste fourni les informations et papiers demandés. Voici comment ça s’est passé du début à la fin :

  • Choisir le nom de la société
  • Définir le montant du capital social
  • Rédiger les projets de statuts de l’entreprise
  • Ouvrir votre contrat de domiciliation
  • Ouvrir votre compte bancaire et faire le dépôt de capital
  • Fournir l’attestation de domiciliation, de dépôt de capital et les statuts au greffe
  • Dépôt du dossier au greffe
  • Réception du KBIS
  • Envoi du KBIS à la banque pour ouvrir le compte bancaire définitivement
  • Libération des fonds du capital social par la banque
  • Radiation de l’AE !

Nous voilà arrivés à la fin de cette belle aventure administrative (et de cet article!). Sur le papier, cela peut paraître assez simple mais quiconque a déjà eu à faire à l’administration française sait que c’est un leurre ! À l’heure où j’écris cet article, soit plus d’un an et demi après la création de ma société, je ne suis toujours pas reconnue auprès de l’URSSAF, et pourtant tout a été fait parfaitement normalement, j’en ai eu la confirmation par écrit. Personne n’est en mesure de m’aider et je bataille depuis des mois pour pouvoir payer mes cotisations sociales…..

Si vous avez le projet de passer en société, j’espère que cet article vous aura été bénéfique. Si vous avez des questions, j’essayerai d’y répondre au mieux !

Laisser un commentaire